10 euros une paire de lunettes, comment cela fonctionne-t-il ?

lunettes

Publié le : 07 septembre 20216 mins de lecture

Fournir une paire de lunettes de vue, monture et verres correcteurs compris à 10 euros en 10 minutes ? C’est le défi de Paul Morlet. Ce jeune entrepreneur promet des produits avec les mêmes qualités obtenues dans les grandes marques d’optique, mais à prix moindre dans ses boutiques. « Des lunettes pour tous » en référence à toutes les couches sociales et une possibilité de remboursement intégrale par la sécurité sociale représentent la stratégie marketing de cet entrepreneur. Mais comment cela fonctionne-t-il ?

Une consultation gratuite, un atelier sur place

La première révolution Paul Morlet réside dans l’agencement de ses boutiques. En effet, le client muni d’une ordonnance médicale ophtalmologique datant de moins de 5 ans est immédiatement pris en charge sans rendez-vous préalable par un optométriste qui vérifie gratuitement et sur place la réfraction du patient. Il note les modifications possibles des troubles de la réfraction. Cette première étape en elle-même constitue un gain de temps considérable pour le client. Ce système est une alternative à l’attente d’une consultation ophtalmologique allant de quelques jours à plusieurs semaines.

La correction visuelle évaluée, le client choisit sa monture avec des prix à partir de 5 euros défiant toutes concurrences. Le montant final avec verres correcteurs peut revenir à seulement 10 euros. Les verres simples ou progressifs sont montés sur place grâce à un atelier dans l’arrière-fond de la boutique. Des robots derniers cris taillent sur mesure les verres en un temps record de 10 minutes. Dans les optiques classiques, un délai d’une semaine à dix jours est nécessaire avant la livraison finale des lunettes. Dans ce circuit classique, les lunettes sont montées dans des ateliers de sous-traitance en dehors des magasins d’optique. Pour en savoir plus, n’hésitez pas à visiter evolution-emarketing.fr.

Les mêmes fournisseurs que les grandes enseignes, une marge réduite

La gourmandise ne fait pas partie des principes de Paul Morlet management. Issu d’une famille modeste, Paul Morlet, le fondateur de « Lunettes pour tous » prend connaissance du marché de l’optique français par un premier investissement dans des lunettes publicitaire. Ces montures provenaient alors exclusivement du marché asiatique. Par la suite, une discussion anodine avec un cadre d’une grande enseigne d’optique française l’informe des prix fournisseurs des verres correcteurs revenant à 1,50 euros seulement. Tous les verres en France proviennent de ce même marché asiatique. Fournir des lunettes à 10 euros par les mêmes fournisseurs asiatiques que les grandes marques d’optique, mais en réduisant la marge démarque la politique de vente Paul Morlet.

Des lunettes d’une qualité similaire reviennent ainsi 10 fois moins chères. En sus, il n’y a pas de contraintes liées aux déplacements des clients du cabinet d’ophtalmologie vers le centre d’optique De plus, ces clients évitent la longue période d’attente avant d’obtenir un rendez-vous médical et avant de recevoir le produit fini.

Reste à charge à zéro euro

La sécurité sociale ne remboursant que 150 euros sur les lunettes de vue, beaucoup de personnes déboursent une centaine d’euros supplémentaires pour obtenir des lunettes de vue qui les satisfont. D’autres, par manque de moyens financiers, se contentent des montures et des verres qui correspondent à leur besoin de correction visuelle. Ils ne peuvent pas choisir une monture qui leur plait ou des verres personnalisés plus spécifiques comme des verres amincis, photochromiques, etc.

Avec le principe de lunettes à 10 euros, le client qui bénéficie d’une sécurité sociale peut se permettre de choisir sa monture et des verres personnalisés pour un montant total inférieur à 150 euros. Des lunettes coûtant 500 euros ailleurs peuvent revenir à moins de 100 euros dans les boutiques Paul Morlet. Cela revient à un remboursement intégral et zéro reste à charge pour le client.

Le stockage des verres est grand et constamment renouvelé au sein même des boutiques. Cela permet aux patients souffrant de troubles sévères de la réfraction, pour qui une vie sans lunettes devient impossible dans la vie quotidienne, de se faire servir le jour même.

Encore plus de boutiques et des boutiques ambulantes

Ce système beaucoup plus rapide permet de servir un nombre plus important de clients. Une boutique peut vendre jusqu’à 350 lunettes par jour contre 2.7 lunettes seulement pour les grandes enseignes. Le nombre élevé de lunettes vendues compensent largement la petite marge fixée par Paul Morlet management et permet de faire vivre l’entreprise avec ses centaines d’employées en CDI.

Actuellement, il existe 26 boutiques à 10 euros les lunettes en France. Ce nombre est loin de satisfaire la demande grandissante de la population. Pour couvrir plus de régions, l’équipe Paul Morlet a lancé le principe de boutique ambulante. Ce magasin mobile se déplace vers les endroits ne disposant pas encore de point de vente fixe. Ces bus offrent des services identiques à toutes les boutiques « Lunettes pour tous ».  

Ces innovations apportées dans le domaine de l’optique assurent aux patients, qui ne peuvent dépenser des sommes astronomiques dans le prix d’une paire de lunettes, de maintenir leur santé visuelle. Cela permet de réduire les handicaps scolaires et au travail.

Plan du site