HBO : le générique de « The Leftovers »

La chaîne américaine HBO a mis à l’antenne dimanche 29 juin une nouvelle série intitulée The Leftovers, showrunnée par le romancier Tom Perrota et par Damon Lindelof (co-créateur de Lost). Elle met en scène Justin Theroux et Liv Tyler dans une réalité parallèle où 2% de la population mondiale auraient subitement disparu. Comme son nom l’indique, The Leftovers suit le destin de « ceux qui restent » et tentent d’accepter et comprendre cet événement, 3 ans après les faits. En France, la série est diffusée depuis le 30 juin sur le bouquet OCS.

Après un pilote sans générique, le second épisode diffusé ce 6 juillet a permis de découvrir l’opening credits de The Leftovers : une évocation de la célèbre fresque de la voûte de la chapelle Sixtine, au Vatican. Ce chef d’œuvre de la Renaissance italienne fut conçu et exécuté par Michel-Ange en moins de 4 ans (entre 1508 et 1512).

Ici, des personnages dessinés dans le style du Maître semblent se détacher du plafond, comme une métaphore de leur disparition. Ce générique semble confirmer la grande place des thèmes religieux dans la série, voire l’hypothèse que son événement initial pourrait être en lien avec l’épisode biblique du Ravissement (ainsi que nous l’évoquions dans un précédent article).

Agence : yU+co
Directeur de création : Garson Yu

Une fois n’est pas coutume, nous pouvons également vous présenter des travaux non retenus par la chaîne. Pour le générique de ce nouveau show, HBO a notamment pitché le studio Sarofsky, déjà auteur des intros de The Killing et de Brooklyn Nine-Nine. L’agence a travaillé avec son équipe de réalisateurs pour transmettre plusieurs propositions à la chaîne. Découvrez ci-dessous un premier board de Cameron Spencer, réalisé en tilt-shift.

Cameron Spencer a également proposé ce concept avec des images miroirs. On retrouve en arrière-plan le plafond de la chapelle Sixtine.

Voici d’autres travaux, signés cette fois Filipe Carvalho. Sa première proposition s’inspirait d’une série de photographies intitulée I’m not there et réalisée par l’artiste barcelonais PoL Úbeda Hervàs.

Sa seconde proposition présentait des gros plans de visages, dans un rendu 3D ressemblant à des sculptures. Une évocation de la vie qui s’est arrêtée.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *